Travailler lentement pour jouer vite et bien

Travailler lentement pour jouer vite : un paradoxe ?

Souvent, j’ai remarqué que le tempo choisi par le batteur débutant pour travailler une nouveauté était rapide et que l’échec de l’exercice entraînait une accélération du tempo. Le but, inconsciemment recherché, est  de diminuer les espaces entre les coups, diminution qui aurait la vertu, hélas illusoire, d’amener la précision qui manquait sur le tempo initial. Voyons ce que cela donne sur un rythme simple, tel que pourrait le jouer un batteur débutant, comme celui noté ci-dessous, avec des tempos différents.

rythme simple travailler lentement

Avec un tempo à 120 (ci-dessous), la mauvaise mise en place est évidente et une correction s’impose.

Avec un tempo à 170, si la mise en place laisse également à désirer, elle est moins évidente pour une oreille moins exercée (celle du débutant).  La correction nécessaire ne  semble pas utile et l’exercice est considéré comme acquis, alors que du travail reste à faire.

Un tempo à 70 ne laisse aucune ambiguïté sur le travail à réaliser pour arriver à une mise en place parfaite.

Quelques conseils pour travailler ses exercices.
  • Si vous avez besoin de réfléchir, avant une frappe travailler lentement.
  • Si à une vitesse donnée, les frappes sont automatiques, passez à une vitesse légèrement supérieure. Par exemple, passez d’un tempo de 60 à 65. Si vous coincez à ce nouveau tempo, descendez à un tempo inférieur, par exemple 63.
  • Si au bout de dix minutes, vous ne ressentez aucune amélioration sur un exercice. Changez, allez faire un tour ; reprenez-le plus tard : cela se passera mieux.
  • Chantez ce que vous devez  jouer ou  comptez les temps.

Lorsque vous entreprenez un apprentissage – cela est valable aussi pour le travail scolaire – vous créez de nouvelles connexions neuronales dans votre cerveau lesquelles ne se font pas immédiatement. Lorsque vous apprenez la batterie, vous allez devoir programmer la coordination de vos quatre membres, développer votre écoute active, la lecture des partitions. Trois de vos sens sont plus ou moins sollicités, le toucher, la vue, l’ouïe et plusieurs de vos aires cérébrales : soyez patients, n’en demandez pas trop à votre cerveau en une seule fois : décomposez vos apprentissages en plusieurs exercices allant du plus simple au plus compliqué.

Laisser un commentaire